Skip to main content
en flag
nl flag
zh flag
fr flag
de flag
ja flag
ko flag
ru flag
es flag
Listen To Article

Sois tranquille et sache que je suis Dieu. Psaume 46:10

En tant que malade du TDAH, j'avoue que ce verset m'a toujours donné les jeebies heebie. Au lycée, j'étais la fille assise à l'arrière rang de classe. Si une classe a duré plus de 8 secondes, mon corps s'est rebellé en vibrant en mouvement actif. Jambe rebondissant de haut en bas sous un bureau, assez rapide pour rivaliser avec les ailes d'un colibri.

« Beth Carroll, assis Still », mon professeur de géométrie gronderait en irritation. Peu importe à quel point j'ai essayé, l'énergie cinétique de mon cerveau ne pouvait pas calmer mon corps agité. L'immobilité représentait un état que j'étais trop défectueux pour atteindre.

Aujourd'hui, ce message s'infiltre plus que mon corps agité. Garder ma compagnie TDAH à l'âge adulte est mon nouvel ami — l'anxiété. Ce que le TDAH a fait à mon corps, l'anxiété a augmenté avec mon cerveau. Des tornades en spirale de « What si » rasent le paysage de ma rationalité.

Que se passe-t-il si je suis congédié pour mon manque d'organisation ? Et si cette piqûre de moustique était en fait une piqûre d'araignée, ou pire une piqûre d'araignée brune ? Que se passe-t-il si je mange accidentellement de la laitue romaine à lacets E. Coli, malgré qu'elle ait été rappelée ? Et si j'oubliais de me laver les mains après être allé à l'épicerie et de choisir sans réfléchir un morceau de laitue romaine de mes dents ? Et si quelqu'un que j'aime attrape le virus ? Et si la vie ne revient jamais à la normale ? Et si je tombe vraiment malade et qu'il n'y a pas de place à l'hôpital pour moi ?

Et si, et si, et si, et si.

Tout cela suffit pour me mettre en quarantaine dans ma chambre sombre, me distancier de mon cerveau et de la société.

S'il est nécessaire d'être encore pour connaître Dieu, quelle espérance y a-t-il pour quelqu'un avec des fourmis dans son pantalon et dans sa tête ?

À l'occasion, j'ai de la chance et un utile « et si » plante elle-même solidement dans mon cerveau. Hier, c'était un jour pareil.

Et si ce genre de silence n'a rien à voir avec ma capacité de me centrer calmement et placidement pour que Dieu me soit révélé, mais signifie vraiment quelque chose de complètement différent ?

Je suis allé au Psaume 46 pour voir par moi-même. Dans ce psaume, le désastre est partout. Il y a des tremblements de terre et des tsunamis. Les fondations de la terre sont ébranlées et il y a une menace que notre création même soit défait. L'instabilité dans le domaine politique est tout aussi grave. Les nations sont en proie à un dérangement. Royaumes totter. La société telle qu'elle a été connue est sur le point de s'effondrer. Ça vous dit quelque chose ?

Pourtant, le Psaume 46 dit : « Dieu est notre refuge et notre force, une aide très présente en détresse. C'est pourquoi nous ne craindrons pas que la terre change. » Deux mots m'ont sauté dessus : « nous » et « peur ».

Flash Newsflash : l'avenir de la survie de la Terre ne repose pas sur mes épaules. Le sort de l'humanité ne repose pas entre les mains d'un virologue solitaire enterré dans un laboratoire essayant de trouver une vaccination. La solution à un système politique corrompu ne réside pas dans l'échange d'un dirigeant aux cheveux oranges contre un autre. L'avenir du monde ne dépendait pas d'aucun de nous assis encore seul et connaissant Dieu.

Notre rédemption réside dans le fait de voir le tumulte, la destruction, la mort, le désespoir, la maladie et le dysfonctionnement en nous et autour de nous, et de savoir que nous pouvons nous tenir ensemble dans cela. Même si nous sommes gardés dans nos maisons séparées, nous veillons à ce que Dieu fait autour de nous, devant nous, et surtout avec nous.

Être tranquille et connaître Dieu, c'est permettre à Dieu de régler l'anxiété collective et l'écureuil intérieur dans nos cœurs, même lorsque les médias nous incitent à la peur. Nous pouvons savoir que dans une telle rupture cosmique, Dieu nous choisit encore et choisit la création.

Ce n'est pas une immobilité que nous rassemblions afin que nous puissions nous forcer à entendre et à connaître Dieu. Cette tranquillité est la crainte qui nous laisse engloutis quand nous voyons la transformation possible si nous pensons et imaginons comme des communautés et des congrégations et non comme des solitaires. Nous ne connaissons pas encore nous-mêmes l'amour et la puissance de Dieu. C'est une conscience de la puissance et de l'amour de Dieu qui nous affermisse.

Et si cette saison est celle où l'église est réinventée ? Que se passe-t-il si nos limites limitent les possibilités dans les relations, la créativité et l'unité ? Et si ce temps présent n'est pas destiné à la destruction de la création, mais à la naissance de quelque chose racheté ? Que se passe-t-il si nous sommes appelés à relier nos dons de façons nouvelles et passionnantes à la souffrance tout autour de nous ?

Et si ? Et si ? Et si ? Et si ?

Je pense que ces questions valent la peine d'être immobiles pour entendre les réponses, même avec nos cœurs, corps et esprits nerveux.

Beth Carroll

Beth Carroll is pastor of discipleship at Hope Church in Holland, Michigan.

12 Comments

  • Nancy Ryan says:

    Well said Beth. Well said!

  • Magnificent. It is hard to let God be God.

    Be blessed,

    Mark

  • Tom Eggebeen says:

    Loved the phrase: “What hope is there for someone with ants in her pants?” … well said … thank you.

  • Helen Luhrs says:

    Thank you, Beth. I too have an inner squirrel.

  • Rowland Van Es says:

    What if we are just called to lament, what would that look and sound like? What kind of church would we become if we were better at lamenting?

  • Daniel J Meeter says:

    This is good, and helps me reflect on my own soul, and this kind of meditation is one of the reasons I like this blog.

  • Carol Sybenga says:

    Thank you for this Beth!

  • RLG says:

    Thanks, Beth, for a thoughtful article. I think most of us had some form of insecurity, as young people. Some of us were better at hiding our self doubts than others. I remember well, my two sons telling us as parents the reason they got C’s and D’s in high school was they simply were not smart and they were destined to get low grades. That was okay with them in high school because their sole aspiration was to be professional skateboarders. But then in his final year of high school I overheard the oldest telling his younger brother (a year behind him) that he learned the secret to getting good grades. It was, “just listen carefully to your teachers; you have to be in class anyway, so listen instead of daydreaming of skateboarding.” For him, it was, be still and listen to your teachers. And it worked for him. He was on the honor roll for the rest of his high school career. And today both sons are very successful in their professional endeavors. My sons, like myself, were late learners. I wish my brothers had given me the same advise as a high schooler. But we, mostly, get over many of our youthful insecurities and find a measure of success as we get older. Your article reflects a similar success.

    Just a small matter. Even though social media isn’t always positive, by far and beyond, I hear more positivity for the eventual good future of our nation and world. I hear a lot of good will being shared by a variety of people and a lot of confidence that this endemic will be overcome in time through the combined efforts of many. A little positivity goes a long way. Thanks, Beth.

  • Dick Stravers says:

    I am a member of a neighboring church, Pillar, but I don’t think we have ever met. But if your “ants in the pants” personality allows/inspires blogs like this one, praise God. I like it. I like it. And it comforts me in this difficult time. I hope to read more of these from you, words written with legs shaking.

  • Kathy D Van Rees says:

    Oh dear Beth.
    Thank you.

  • Bob Luidns says:

    “We do not still ourselves to know of God’s love and power. It is an awareness of God’s power and love that stills us.” The psalmist would shout her fullest agreement! As do I.
    Thanks, sister in Christ.

  • Michelle S says:

    THIS! ALL. OF. THIS! So So good! In this season of grief and isolation, reading encouraging words like this are so so helpful! A friend of mines posted this of FB and it was exactly the reminder I needed! I should also add, when grieving, (I lost my dad this week) I enjoy some comic relief mixed in with truths, so I appreciated this line “The solution to a corrupt political system does not lie in exchanging one orange-haired leader for another. ” AMEN!

Leave a Reply