en flag
nl flag
zh flag
fr flag
de flag
ja flag
ko flag
ru flag
es flag
Listen To Article

Peut-être avez-vous entendu l'histoire de la femme qui a reçu un message texte disant : « Je suis ici pour vous. » Immédiatement, elle a répondu en disant à quel point cela lui faisait sentir. Elle a vécu tellement de choses ces derniers temps et a été reconnaissante à son amie d'exprimer son soutien. Puis elle a admis qu'elle avait perdu ses contacts téléphoniques et ne savait pas qui lui envoyait des SMS.

« Votre chauffeur Uber », a été la réponse.

Drôle, mais aussi révélateur.

Je ne sais pas pour toi, mais j'aimerais avoir un texto « Je suis là pour toi » tous les jours. Pas d'un chauffeur Uber, mais de Dieu.

Où est Dieu ? Surtout maintenant, comme la bourse est sur une montagne russe et du papier toilette est soudainement la chose à amputer, tout cela parce que le virus COVID-19 se propage... comme un virus. Même lorsque j'écrivais ceci, l'Organisation mondiale de la Santé vient de déclarer qu'il s'agit d'une pandémie. Ce serait le bon moment pour Dieu de se montrer.

Nous nous tournons vers Dieu, ou du moins vers l'église, dans ces moments. Tu te souviens comment les églises se sont remplies après le 11 septembre ? Pas le cas avec ce désastre. Il semble inévitable que dans ce cas nous soyons sur le point de violer Hébreux 10:25 et de renoncer à l'habitude de se rencontrer ensemble. C'est déjà arrivé en Italie, comme le rapporte le New York Times. Combien de temps avant que quelque chose comme ça arrive ici ?

Nous essayons tous de le contenir. Je me suis lavé les mains plus au cours de la dernière semaine que l'année dernière, et ne me lance pas sur la nouvelle révélation de la fréquence à laquelle je touche mon visage. Chaque fois que j'entends « Ne touche pas ton visage », ma joue droite me démange et je touche mon visage.

Dans ma petite école, on a cessé de se toucher. Le passage quotidien de la paix dans la chapelle, un temps marqué par des poignées de main et des câlins, a été remplacé par des salutations et des agitations prononcées. Nos serveurs de communion utilisaient déjà un désinfectant pour les mains avant de distribuer les éléments, maintenant nous parlons de les faire porter des gants.

Je doute que ce désinfectant supplémentaire pour les mains et ne pas se toucher les uns les autres suffira. L'isolement social est le meilleur moyen d'arrêter la propagation du coronavirus. Ça semble être une question de temps avant que nous ne cessions d'adorer ensemble. L'université d'État du Michigan vient de suspendre les cours en personne. Combien de temps avant que Calvin, Hope et Western ne suivent pas ?

Quand l'Université de Calvin a mis en branle le Festival de la foi et de l'écriture il y a une semaine, il semblait qu'ils étaient trop prudents. Aujourd'hui, avec des nouvelles de cas confirmés au Michigan, leurs actions semblent raisonnables.

Avec l'arrêt des cours et l'annulation d'autres grands rassemblements, la suspension des services de culte semble inévitable. Je me demande si on aura l'église à Pâques.

Comment la foi survive-t-elle sans le culte d'entreprise ? Je ne sais pas pour vous, mais j'ai tendance à passer la semaine à perdre ma foi seulement pour la faire restaurer par les rythmes et la pratique du culte. La nature communautaire du culte est importante pour moi. Parfois, quand nous confessons nos péchés ou disons l'affirmation de la foi, je suis emporté par la communauté. Je ne suis pas toujours d'accord avec tous les points de doctrine, mais entendre la voix de Brad, qui est assis derrière moi, en disant les mots me permet de les dire.

Cela signifie quelque chose pour moi que la plupart des épîtres du Nouveau Testament ont été envoyées aux communautés. J'imagine Paul disant : « Je ne veux pas dire que vous devez personnellement avoir l'esprit du Christ, je veux dire que vous, en tant que groupe, avez l'esprit du Christ. » Quand il s'agit de l'église, le tout est plus grand que la somme de ses parties. La foi de l'Église est plus grande que la foi combinée des membres individuels.

Que nous arrivera-t-il si nous arrêtons de nous voir ? Arrêter de se rassembler en communauté ? Arrêter de se connecter entre eux ? Et, comme je l'ai mentionné plus tôt, où voit-on Dieu au milieu de cela ?

Frederick Buechner raconte l'histoire d'un orateur dans une église la nuit du 11 septembre disant : « Dans des moments comme ceux-ci, Dieu est inutile. »

La première pensée de Buechner était à quel point effroyable, suivie de combien courageux, suivie de combien vrai. « Quand des horreurs arrivent, nous ne pouvons pas utiliser Dieu pour les rendre imréalistes, écriva-t-il, plus que nous ne pouvons utiliser un flot de lumière pour éteindre un feu ou le Psaume 23 pour trouver notre chemin dans l'obscurité. » (Au-delà des mots, 84, 85)

Dieu est vraiment inutile ?

Je veux que Dieu arrête miraculeusement le coronavirus. Mais Dieu n'a pas arrêté le 11 septembre ou l'Holocauste ou les tornades qui ont frappé Nashville il y a un peu. Il ne semble pas être dans le domaine de la prévention des catastrophes. COVID-19 est là et va s'aggraver avant qu'elle ne s'améliore. Est-ce que cela crée un problème théologique ? Ce n'est pas pour moi.

Je crois que le Psaume 23 est en fait la façon dont nous retrouvons notre chemin dans l'obscurité. « Si je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, tu es avec moi » ressemble beaucoup à « Je suis ici pour toi ». Je ne pense pas que Dieu nous abandonne jamais. Je ne vais pas abandonner Dieu, même si je ne peux pas aller à l'église.

Je pense à Jean 6, l'un des chapitres les plus incroyables de la Bible, et à l'échange mémorable entre Jésus et Pierre à la fin du chapitre. Jésus nourrit cinq mille et marche sur l'eau au début du chapitre, et en conséquence a émerveillé des multitudes qui veulent en faire leur roi. Il se retire et quand les foules rattrapent Jésus leur dit qu'ils doivent manger sa chair et boire son sang. Ces idées révoltantes scandalisent beaucoup de gens, qui s'en vont ensuite. En ce moment, Jésus se tourne vers ses disciples et dit : « Et toi ? » La réponse de Peter m'amène toujours : « Où allons-nous aller d'autre ? »

Où allons-nous aller quand nous ne pouvons pas aller à l'église ? Cette crise pourrait être une occasion passionnante pour l'église. Forcé de la routine, il faudrait trouver de nouvelles façons d'entendre Dieu.

Peut-être que nous pourrions commencer une nouvelle pratique et envoyer des messages texte les uns aux autres au nom de Dieu. Ils n'auraient pas à être longs. Cinq mots le feraient : « Je suis ici pour vous. »

Ça le ferait. Ça me plairait.

Jeff Munroe

Jeff Munroe is a retired minister in the Reformed Church in America. He resides in Holland, Michigan.

12 Comments

  • Wonderful read. Thank you. Couldn’t you have mentioned NBTS as well?

    Lenten blessings to you.

  • stan seagren says:

    “I don’t know about you, but I tend to go through the week losing my faith only to have it restored by the rhythms and practice of worship.”
    Apart from the excellent commentary on the virus, these words are so brutally and self-compassionately honest!
    Let us pray we do see new opportunities for connection with God and each other in this time.
    A parishioner sent this:
    Have mercy on me, my God, have mercy on me,
    for in you I take refuge.
    I will take refuge in the shadow of your wings
    until the disaster has passed. Ps 57:1
    Thank you Jeff!

  • mstair says:

    “Now would be a good time for God to show up.”
    “He doesn’t seem to be in the business of preventing disasters.”

    …unless He’s preventing even bigger ones we are simply not aware of …

    The mortality rate of “the current virus” is about 3.4%. But, about viruses … they mutate … capable of becoming more … or less lethal …
    Now that’s the kind of probability God can influence with minimal effort. Something we might suggest to Him in prayer …

    • Eric Van Dyken says:

      mstair, I was thinking the same thing on the prevented disasters. Funny thing about disasters that never happen, most of them we would not have known to freak out about. And of course plenty of disasters that we were prone to freak out about never happened either (Y2K anyone?).

      Even more importantly, every day he withholds his just punishment for sin is a day in which he prevents disaster. We have no idea just how much God’s grace prevents us from suffering.

  • Fred Mueller says:

    With you I thank God for the “voice of Brad” and the HS prompting him to confess our faith.

  • Henk Ottens says:

    Your good words add a much-needed perspective on these “interesting” times. Thanks for arranging them with your inimitable skill.

  • JIM KORTMAN says:

    This comment will ring true with another author here on the 12, as we share the same “Uncle Marinus.” Maybe I make this comment for JC Schaap’s benefit – as well as everyone else who may take comfort and direction.
    Approximately 33 years ago, I was sitting in the basement of the Calvin College Library visiting with my Uncle, Rev. Marinus Goote, who was employed as a curator of some from cataloging the history of the CRC. We were discussing my faith formation as I raided his M&M jar and drank his coffee.
    He asked me, “Jim, Psalm 23 is likely the most famous passage in the Bible, for sure in the book of Psalms. What is the most important single word in the Psalm?” As we discussed the various themes brought up, he lead me to a word I was not landing on – on my own. He stated “God is Sovereign, You are His, in all of this He is with you ‘through’ the process and trials of life.” The biggest take away being his presence, and whatever trial or challenge we are in, it is not the end of the journey. Only something we are passing through.
    A year later, when he married my wife and I, his text for the sermon was “Christ love compels me” from 2 Corinthians. That was to be and has become our married life’s verse. The point in the sermon – as we go “through” life, (married and all of life) may it be his love that compels our every action.
    As we are the Church, and find new ways to minister and support each other, Uncle Marinus’ charge for my life rings true today. We are on our way through this trial, and God is leading us through it.

    Blessings on your day as you reflect on God’s immense love for us – that he walks with us.

  • Harvey Kiekover says:

    A good word for us as concern heightens and restrictions tighten. I pray that we will not use God but I do pray that He will use us. Thanks for a meaningful and helpful blog.

    Harvey

  • RLG says:

    Thanks, Jeff, for an article that brings comfort for many Christians. For those who are not Christian, they look for and find comfort in a variety of other means – family, friends, fellow workers, etc. For those looking in from the outside at Christianity, it looks like Christians do a lot of rationalizing and justifying for the God of the Bible. We have an explanation (or many explanations) for why the Corona Virus is devastating countries such as China and Italy without God seeming to lift a finger. He is characterize in the Bible as a great God of strength who performs great feats of power and love, especially for his chosen people, but also for those not chosen. Jesus feeds a crowd of 5,000 and then 4,000 from a child’s lunch, as mentioned in this article. But today, as Jeff implies with tongue in cheek, he seems useless. Powerful in the Bible, but not so much today. Do you think Deism might have it right when it attests to a mighty God, but one who, since creation, is not personally involved in the affairs of this world or people’s lives. The reality definitely seems to support such a perspective. That would be a reasonable conclusion. But who has ever said Christianity is reasonable? Thanks, Jeff.

  • RLG says:

    Jeff, you ask, what are we going to do when we can’t go to church? Yes, forced out of our routines, we can find new ways to hear God. We can text messages to each other such as, “I am here for you,” and ‘pretend’ they are from God. Hmm!

  • Mark McCallum says:

    It boggles my mind, the amount of tap dancing you all have to do to somehow reconcile your faith to a deity that is clearly either unable or unwilling to intercede in a tradgedy of this magnitude. I am, in a sad way , impressed that you seem to actually be capable of doing it!

Leave a Reply