Skip to main content
en flag
nl flag
zh flag
fr flag
de flag
ja flag
ko flag
ru flag
es flag
Listen To Article

Je n'ai jamais parlé de la guerre froide au moment où la Russie a envahi l'Ukraine. Jusqu'à il y a quelques années, je n'avais jamais parlé de l'épidémie de grippe après la Première Guerre mondiale lors d'une pandémie mondiale, ni enseigné sur le lynchage pendant le mouvement Black Lives Matter.

La réalité actuelle donne certainement une nouvelle perspective à la manière dont nous examinons le passé. W.H. Auden a écrit ce poème en 1938, une période de crise en Europe. Comme le notait Elisa Gabbert dans son article sur le poème du New York Times, « quelque chose n'est un désastre que si nous le remarquons ». « Musée Des Beaux Arts » par W.H. AudenÀ propos de la souffrance, ils n'ont jamais eu tort, The Old Masters : comment ils ont bien compris sa position humaine ; comment cela se passe Pendant que quelqu'un d'autre mange ou ouvre une fenêtre ou marche simplement ennuyeux ; Comment, quand les personnes âgées attendent avec révérence, passionnément la naissance miraculeuse, il doit toujours y êtreDes enfants qui ne voulaient pas spécialement que cela se produise, patinerSur un étang au bord du bois : Ils n'ont jamais oublié que même le terrible martyre doit suivre son cours. Quoi qu'il en soit, dans un coin, un endroit désordonné où les chiens continuent leur vie de chien et le cheval du tortionnaire gratte son innocent derrière sur un arbre.Dans l'Icare de Breughel, par exemple : comment tout se détourne Assez tranquillement de la catastrophe ; le laboureur peut avoir entendu l'éclaboussure, le cri abandonné, Mais pour lui, ce n'était pas un échec important ; le soleil brillait Comme il avait sur les jambes blanches disparaissant dans l'eau verte ; et le navire délicat coûteux qui a dû voir quelque chose d'incroyable, un garçon tombant du ciel, avait un endroit où aller et a navigué calmement.

Rebecca Koerselman

Rebecca Koerselman teaches history at Northwestern College in Orange City, IA.

One Comment

  • Daniel Meeter says:

    I can’t tell you how often I return to this poem. I think it must be St. Luke’s favorite poem, at least.

Leave a Reply