en flag
nl flag
zh flag
fr flag
de flag
ja flag
ko flag
ru flag
es flag
Listen To Article

Alors que je voyage autour de la région pour parler de réforme de l'immigration, une réaction commune est la crainte que l'Église ne devienne trop « politique ».

Je comprends, nous vivons dans des temps difficiles, où tout le monde est polarisé et peu sont prêts à écouter. Les deux parties sont coupables d'une guerre idéologique qui laisse beaucoup de gens désintéressés et peu disposés à se rapprocher de ce qu'elles pensent être une discussion politique.

Le problème ? L'immigration est politique.

Il en va de même pour le christianisme. Comment ça ne peut pas être ? Nous entrons dans une saison où le texte biblique le plus récité commence « A l'époque de César Auguste... » Autrement dit, « Au temps du fils des dieux qui a apporté la paix et la bonne nouvelle à tous les peuples naît le vrai Fils de Dieu. » Ça ne devient pas beaucoup plus politique que Luc 2.

Peut-être que nous ne pouvons pas voir la politique des évangiles parce qu'ils parlent du règne de Dieu comme un royaume et non comme une république démocratique, ou parce que Paul utilise le titre de Seigneur au lieu de président ou de premier ministre. Peu importe ce qu'on appelle, le sens est le même : Dieu nous appelle à un nouveau mode de vie dans ce monde. Ce monde compte, ce qui signifie que l'Évangile est politique. Ça n'a pas besoin d'être partisan.

Le Journal réformé et les Douze ont été critiqués de tous les côtés. Les voix conservatrices pensent que nous sommes un bastion du libéralisme. Les libéraux pensent que nous n'allons pas assez loin. C'est bon. Il y a d'autres endroits où trouver des perspectives beaucoup plus conservatrices et libérales. Nous croyons que Jésus-Christ a été ressuscité d'entre les morts, ce qui nous rend conservateurs. Nous croyons aussi que la vie donne le pouvoir de la mort et de la résurrection du Christ pour apporter le changement et la transformation, pour certains qui nous rendent libéraux. Nous prenons cette position sans excuser, disposés à susciter de multiples points de vue et voix. C'est pourquoi le lectorat de notre blog a continué de croître. C'est pourquoi nous croyons que le Journal réformé compte.

Dans un proche avenir, notre plan est de lancer un site Web plus robuste pour compléter le blog, un endroit où des articles plus nuancés abordant une variété de questions.

Nous ne pouvons pas le faire sans votre soutien. Si vous appréciez la perspective que nous offrons, nous espérons que vous nous soutiendrez avec un cadeau afin que nous puissions continuer à publier et ajouter notre voix aux enjeux auxquels la communauté chrétienne est confrontée. Que vous soyez un lecteur fidèle de la revue et du blog, ou que vous soyez un nouveau lecteur, merci pour votre soutien.

Il y a des boutons bleus sur votre écran qui disent des choses comme « Faire un don » ou « Faire un don aujourd'hui ». Veuillez les utiliser pour faire votre don à la Revue Reformée. Un soutien régulier, périodique ou mensuel est particulièrement nécessaire. Merci !

Jason Lief

Dr. Jason Lief teaches courses in Christian education and youth ministry. A Northwestern College graduate, he served as the chaplain for Pella (Iowa) Christian High School while earning a master’s degree in theology from Wheaton College Graduate School. He also completed a doctorate in practical theology from Luther Seminary. He previously taught theology and youth ministry at Dordt College for 10 years. Dr. Lief is the author of “Poetic Youth Ministry: Loving Young People by Learning to Let Them Go” and "Christianity and Heavy Metal as Impure Sacred Within the Secular West: Transgressing the Sacred.”

One Comment

  • Pam Adams says:

    Jason, I agree Christianity is political. This is creating a lot of difficulties for conservatives and for the very liberal. However it is present in our own churches because there are conservative and very liberal people in them. We need to be kind to all even those who don’t see the political connections. Keep on posting about the issue.

Leave a Reply